D'autres tentes

 

Les tentes ancêtres de celle de Mary

 

Les différentes tentures nommées La Guerre de Troie permettent d’identifier pour l’instant trois tentes qui semblent les sœurs quadruplées de celle de La Dame.

 

1- L’une se trouve dans la Cathédrale de Zamora en Espagne. 

 

La tenture été donnée à la cathédrale en 1608 par le comte de Alba de Liste, Don Antonio Enriquez de Guzman.

 

http://www.viajeuniversal.com/spain/zamora/queverzamora/catedral_tapices_guerradetroyalatiendaaquiles.htm

 

https://catedraldezamora.files.wordpress.com/2010/08/tapizamora_grande.jpg

 

http://balat.kikirpa.be/results.php?linkthrough=YE&linkval=Zamora%5BES%5D

 

 

Cette tapisserie, comme ses consœurs, procède de la « diachronie non séquentielle » : plusieurs scènes où peuvent apparaître les mêmes personnages y sont représentées. À gauche (dont une partie a disparu) : la cinquième bataille ; puis la rencontre devant la tente d’Achille entre les Troyens et les Grecs en vue d’établir la paix ;au centre :  la huitième bataille et sur la droite : l'armement d’Hector et son départ pour la bataille.

 

La tente est surmontée elle aussi d’une inscription composée uniquement de lettres majuscules (sauf peut-être la dernière à droite qui ressemble étrangement à celle de La Dame) et d’une couronne de fleurs de lys.

 

La succession de lettres au sommet de la tente La Guerre de Troie de Zamora a peut-être donnée l’idée à Jean Perréal de dissimuler un rébus dans son inscription de celle de La Dame. Aux lettres encore énigmatiques : E S G P N D P se substituent : A M S D R qui peuvent signifier « À Mary Tudor Duchesse Reine ».

 

La dernière lettre ressemble à un p (minuscule) barré par une corde et pourrait être déjà la signature de Jean Perréal. Hypothèse, bien entendu.

 

 

 

 

 

 

 

Des ressemblances existent entre cette inscription et celle de La Dame : signes dorés sur fond bleu, séparation entre eux par des fleurs ou des losanges, les deux lettres extrêmes barrées par les cordes.

 

 

2- Une seconde se trouve au Victoria and Albert Museum de Londres.

 

 

 

http://collections.vam.ac.uk/item/O86211/the-war-of-troy-tapestry-unknown/

 

La « diachronie non séquentielle » se compose de trois épisodes :

l’arrivée des Amazones par la Porte d’Imbrius

le combat entre les Troyens et les Amazones d’une part et les Grecs d’autre part

Pyrrhus recevant l’armure d’Achille sous sa tente.

 

 

On y retrouve :

― les larmes dorées sur l’ensemble de la tente qui peuvent évoquer la mort d’Achille dont Pyrrhus revêt l’armure

― le bandeau avec une inscription

― les cordes (longues et plus courtes) de fixation au sol

 

 

 

 3- une troisième est conservée au Metropolitan Museum of Art de New York.

 

 

 

https://www.metmuseum.org/pubs/bulletins/1/pdf/3257653.pdf.bannered.pdf

 

http://www.metmuseum.org/toah/works-of-art/52.69/

 

http://www.metmuseum.org/art/collection/search/468417

 

La tente possède une inscription à son fronton surmonté d’une « couronne » de fleurs de lys, une ouverture grillagée à gauche, deux grandes cordes ainsi que des petites en bas qui la fixent au sol. Elle ne comprend pas de larmes ni de drapeau sommital.

 

Quatre scènes dans cette tapisserie :

― la cinquième bataille au cours de laquelle le Sagittaire, un centaure armé d'un arc et de flèches, se bat du côté des Troyens

― la rencontre entre Hector et Achille dans le camp des Grecs en présence d’Agamemnon et de Ménélas : les récits médiévaux de la guerre introduisent l'idée d'une trêve après la cinquième bataille, pendant laquelle Hector visite Achille dans son camp. 

― la préparation d'Hector pour le combat, Andromaque et Priam l'exhortant à ne pas partir.

― la bataille entre les Grecs et les Troyens puisque la rencontre n’a pas permis de conclure la paix.

 

Ces trois tapisseries « à la tente » comportent comme les autres des tentures de La Guerre de Troie nombre de noms et de textes :

― les noms des personnages sont inscrits sur les vêtements ou les armures, ceux des édifices sur les pierres…

― une grande banderole au sommet des tapisseries contient des quatrains explicatifs en français

― une plus petite en bas est tissée avec des distiques descriptifs en latin.

 

Ces textes son inspirés, non directement d'Homère, mais du Roman de Troie composé en 1184 par Benoît de Sainte-Maure et repris en 1287 par Guido de Colonne dans son Historia destructionis Troiae.

 

L'édition « princeps » de cette immense tenture est très probablement celle que la ville et le Franc de Bruges achètent à Pasquier Grenier pour l’offrir à Charles le Téméraire au plus tard le 1er septembre 1472. Elle aurait été mise sur métier quelques années auparavant, vers 1468-1469, mais « indépendamment de la cour de Bourgogne », c'est-à-dire à l'initiative de Pasquier Grenier. Charles-Quint en hérita et après lui Philippe II.La légende de la guerre de Troie possède un attrait particulier pour les ducs de Bourgogne car ils prétendent que Priam, le dernier roi de Troie, est leur ancêtre.

 

En 1488, Henry VII d'Angleterre en acquiert une autre édition de Jean Grenier, fils de Pasquier. Longtemps conservée à Windsor, cette tenture est ensuite accrochée à Westminster et dessinée en 1799 par John Carter.

 

Les quatre pièces de la cathédrale de Zamora portent les armes visiblement ajoutées de Don Inigo Lopez de Mendoza, comte de Tendilla. Avant de recevoir les armes de leur nouveau propriétaire, elles ont pu appartenir au roi de Naples qui les aurait fait tisser vers 1483-1485.

 

Le Cabinet des dessins du Louvre conserve huit dessins qui semblent bien en être les «petits patrons».

 

http://www.photo.rmn.fr/archive/03-015712-2C6NU04ER3BZ.html

http://www.photo.rmn.fr/archive/95-015187-2C6NU0N1CITP.html

http://www.photo.rmn.fr/archive/95-015178-2C6NU0N1Y5JP.html

http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/maitre-de-coetivy_destruction-de-troie_rehauts_aquarelle_plume-dessin_rehauts-d-aquarelle

http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/la-guerre-de-troie-mission-d-antenor-en-grece-et-jugement-de-paris_plume-dessin_rehauts-d-aquarelle

http://art.rmngp.fr/en/library/artworks/maitre-de-coetivy_textes-sur-la-guerre-de-troie

 

En plus des cinq dessins exécutés en 1799 par John Carter, le Victoria and Albert Museum possède ceux qu’Achille Jubinal a publiés en 1838 d'après une autre série, « celle du château d'Aulhac qui serait passée, dit-on, au tribunal d’Issoire d'où elles ont disparu depuis longtemps. »

http://lechevalierbayard.free.fr/tapisse.htm

 

http://www.aczivido.net/historia/francia/masson.php

 

Les 5 tapisseries d’Aulhac et les 3 ayant appartenu à Bayard sur le site The New York Public Library Digital Collections

https://digitalcollections.nypl.org/search/index?utf8=%E2%9C%93&keywords=tapestries#/?scroll=20

http://digitalgallery.nypl.org/

 

 

Achille Jubinal, Les anciennes tapisseries historiées, ou Collection des monuments les plus remarquables de ce genre qui nous soient restés du Moyen âge, à partir du XIe siècle au XVIe inclusivement, dessins de Victor Sansonetti, Paris, 1838, 2 vol. in-fol.  Et du même : Recherches sur l'usage des tapisseries à personnages, 1840, in-8°.

http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1973_num_131_2_6929

 

 

Des diverses « éditions » de la guerre de Troie, il reste :

 

— les quatre pièces de la cathédrale de Zamora (une d'elles coupée à gauche)

une pièce au Victoria and Albert Museum, venant du château de Bayard en Dauphiné

deux morceaux importants dans la collection Burrell de Glascow, le second venant de Sully-sur-Loire

un morceau au Musée de Montréal, qui viendrait d'Aulhac-Issoire

(Priam accueille Ulysse et Diomède aux portes de Troie)

http://www.rcip-chin.gc.ca/bd-dl/artefacts-fra.jsp?emu=fr.accollections:/Artefacts/Gallery/Francais/static/TrojanWar14052004_page1_ac.html

deux morceaux au Metropolitan Museum de New York et un au Musée des Cloîtres, venant sans doute lui aussi d'Aulhac-Issoire

deux dans la collection Higgings de Worcester (Massachusetts), venant de Sully-sur-Loire (The Centaur : The Sagittaryfighting the Greeks)

http://www.worcesterart.org/collection/higgins-collection/

un petit morceau, jusqu'alors inédit, au Musée de Boston (Massachusetts)

un autre, vendu en 1920 et conservé on ne sait où

une pièce de peu de valeur artistique au palais de Liria à Madrid.

 

 

Le tapissier Pasquier Grenier de Tournai

 

Pasquier Greniera été le plus célèbre des tapissiers tournaisiens.

« Pasquier Grenier, personnage très influent de la ville, faisait partie de la noble confrérie des Damoiseaux. Il fut un grand homme d'affaires, un voyageur infatigable, un riche collectionneur et un diplomate avisé. Sa maison possédait des succursales à l'étranger, notamment à Bruges et à Guise. Il joignit à ses entreprises le négoce des vins. Ses fils, Antoine et Jean, puis d'autres membres de sa famille lui succédèrent.

Reçu à la bourgeoisie en juillet 1447, il est mentionné dans trois actes de vente en 1449, comme "marcheteur", c'est-à-dire fabricant de tapisserie à la marche […] Son testament ne renferme pas d'autres mentions intéressantes pour la tapisserie que celles relatives aux cartons qu'il possédait encore et qu'il laissait en partage à ses fils Jean, Imbert, Colinet et Antoine. »

 

https://www.fpg.be/index.php/lassociation/qui-etait-pasquier-grenier-

 

« À sa mort en 1493, Pasquier Grenier laissait à sa famille des modèles et des cartons, mais pas de tapisseries. Ceci laisse à penser que <grenier, et sans doute beaucoup de ceux que les archives appellent des marchands-tapissiers, n’étaient pas des tisserands mais d’importants bailleurs de fonds disposant du droit de copie des maquettes et pouvant donc confier ces modèles en sous-traitance à n’importe quel centre de tissage. »

Guy Delmarcel, La tapisserie flamande du XVe au XVIIIe siècle, Imprimerie nationale, 1999.

 

 

Quid du dessinateur ?

 

« L'analyse du papier des « petits patrons » du Louvre indique qu'il a sans doute été fabriqué en Champagne et employé dans tout le Nord de la France. C'est à tort qu'on a attribué ces dessins à Jean Le Tavernier, puis au Maître du Champion des Dames et à Antoine Vérard. Jean-Paul Asselberghs pense qu'on ne doit pas chercher parmi les enlumineurs l'artiste qui a dessiné la Guerre de Troie. Plutôt du côté des peintres, Jacques Daret de Tournai ou Bauduin de Bailleul d'Arras, ou tel autre spécialiste de la décoration comme Jacquemart Pilet, ColartBoutevillain, Robert de Monchaulx qui ont travaillé pour l'entrée de Charles le Téméraire à Arras en 1469. » (Francis Salet)

 

Le site de la cathédrale de Zamora donne toujours pour les créateurs de latapisserie Enlèvement d'Hélènequ’elle expose « Conrad et Henride Vulcop, cartonniers de tapisserie ».

 

Le site « photo.rmn.fr » donne pour le dessin Destruction de Troie qu’elle conserve le « Maître de Coëtivy (actif vers 1450-1475) »

 

Bibliographie

Francis Salet, La tenture de la « Guerre de Troie », Bulletin Monumental, tome 131, n°2, 1973, p. 175-176.

http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1973_num_131_2_6929

 

Jean-Paul Asselberghs, « Les tapisseries tournaisiennes de la guerre de Troie, avec une mise au point de Geneviève Souchal, Charles VIII et la tenture de la guerre de Troie », dans Artes Belgicae, extrait de la Revue belge d'archéologie et d'histoire de l'art, 1970, Bruxelles, 1972.

http://swbplus.bsz-bw.de/bsz116348348inh.pdf;jsessionid=EA7B6FA1C7952B87B63EED48569CE267?1394185405545

 

 

anne de beaujeu, anne de bourbon, anne de France, antoine le viste, Apocalypse Angers athena, boussac, brandon, charles brandon, charles quint, charles v, chasse a la licorne, cinq sens, claude de France, cloisters, connetable de bourbon, dame, duc de suffolk, françois 1er, george sand, gout, henri VIII, henry VIII, jean le viste, jean Perréal, jehan de paris, le viste, licorne, lion, louis XII, louise de savoie, marie tudor, mary tudor, minerve, miroir de naples, chambord, musée de cluny, nombre d'or, odorat, ouie, pavie, Perréal, perréal, Pierre de beaujeu, La rochefoucauld, hardouin IX de Maille, Louis 1er d'Anjou, Grégoire XI, Urbain VI, Francesco Petrarca, François Pétrarque, Catherine de Sienne, Brigitte de Suède, Avignon, palais des papes, comtat venaissin, prosper merimee, suffolk, tapisserie, tenture, vue, connetable von bourbon, das sehvermögen, das zelt, der dame à la licorne, der gehörsinn, der geruchssinn, der geschmackssinn, der tastsinn, einhorn, einhorndame, franz den ersten, herzog von suffolk, karl v, löwe, mein einziges verlangen, museum von cluny, spiegel von neapel, tapisserien, anne of bourbon, anne of france, claude of france, connetable of bourbon, duke of Suffolk, francis the 1st, golden section, hearing, jehan of paris, louise of savoy, mirror of naples, musee of cluny, pavia, sight, smell, tapestry, taste, tent, the hase of the unicorn, the lady and the unicorn, touch, unicorn, dama al unicornio, museo de cluny, tapicerías, museo de la edad media y de thermes de cluny, la caza al unicornio, el gusto, el oído, la vista, espejo de napoles, duque de suffolk, el olfalto, el tacto, la carpa, mi deseo unico, carlos v, condestable de borbon, atenas, la signora all'unicorna, tappezzeria, Jehan di Parigi, Claudia di Francia, François 1o, Museo del Medioevo, la caccia all'unicorno, la storia di Persée, il gusto, l'udito, regina bianca, Louise della Savoia, la vista, lo Specchio di Napoli, duca di Suffolk, l'odorato, il contatto, Pavia, Carlo V, Connétable di Bourbon