Les propriétaires successifs

de La Dame à la licorne

 

Henry Martin, dans un article La Dame à la Licorne (in Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1928) pense que La Dame fut apportée au château de Boussac par Geoffroy de la Roche Aymon qui avait épousé en premières noces Françoise d'Aubusson-Beauregard, héritière possible de la tenture.

Pour M. Martin, La Dame avait été tissée par Jean de Chabannes-Vendenesse comme cadeau à l'occasion de son mariage avec Claude Le Viste, fille de Jean IV, veuve de Geoffroy de Balzac ; morte sans descendance, ses biens auraient été partagés entre les héritiers de ce second mari et Jeanne Le Viste, fille d'Antoine, qui aurait ainsi hérité de La Dame.

Cette hypothèse est depuis longtemps délaissée tant elle ne supporte pas les critiques. Toutefois, les recherches d'Henry Martin permettent d'établir l'ordre des différents propriétaires :

Antoine Le Viste

Jeanne Le Viste
(sa fille, épouse de Jean IV Robertet)

Marie Robertet (fille de Jeanne, épouse en 1551 André Guillard)

 

Plan du château vers 1550

 

Catherine Guillard (épouse en 1598 Geoffroi III de Beynac)

François de Beynac (épouse Diane de Hautefort)

Marie de Hautefort (sœur de Diane, épouse en 1606 François d'Aubusson)

Françoise d'Aubusson (fille de Marie et de François, épouse en 1644 Geoffroy de la Roche-Aymon)

 

Boussac vers 1600
gravure de Claude Chastillon (v.1560 - 1616)
(architecte, ingénieur et topographe du roi Henri IV)
extraite de l'édition posthume de sa Topographie française parue en 1641
et reprise par Matthäus Merian l'Ancien (1593-1650) dans sa Topographiae Galliae (Francfort, 1656)

 

http://www.bn-limousin.fr/items/show/97#

 

Geoffroy de la Roche Aymon : après la mort de Françoise d'Aubusson, il épouse en 1660 Henriette Madeleine des Grillets de Brissac, veuve de Jean de Rilhac, propriétaire du château de Boussac. En 1660, les tapisseries arrivent à Boussac où elles demeureront 222 ans.
François de Rilhac (baron de Boussac, épouse Jeanne Armande de la Roche-Aymon)

Albert de Rilhac (leur fils)

Louise de Rilhac (épouse en 1730 François Jean-Baptiste de Carbonnières)

Armes de la famille De Rilhac
Palé d'argent et de gueules de sept pièces

 

Armes de la famille De Carbonnières
D'azur à trois bandes d'argent
chargées de sept charbons ardents de gueules

Devise :
Omnia purificat ignis ou Tout est purifié par le feu.

 

 

Charles-Henri de Carbonnières

Claire Pauline de Carbonnières (épouse Henri Arnaud, comte de Ribeyreix)

Ville de Boussac : Après de longues tractations, le Conseil municipal accepte les propositions de Madame Claire Pauline de Carbonnières, dernière descendante de la famille de Carbonnières, et décide l'achat du château moyennant le paiement de 22 500 francs payables en quinze annuités.

" En 1833, la ville avait proposé la somme de 18 000 F pour l'acquisition du bâtiment et de ses dépendances, alors que la propriétaire en réclamait 22 000 F, plus 500 F " d'épingles ".
Le 24 Avril 1833 une délibération du Conseil Municipal acceptait les propositions de Mme de Ribeyreix et un compromis était établi. L'acte authentique de vente était signé quelques années après, le 3 octobre 1837.

Le département de la Creuse, à qui incombait la charge de loger la sous-préfecture, payait à la ville de Boussac un loyer de 484 F par an. Ce loyer fut porté, en 1839, à 500 F. " (Jacques-François BÉGUIN, " Les sous-préfets de Boussac de l'an VIII à 1840 (II) ", Mémoires de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, t. 36 (1968), p. 519-541)

La suite est connue, débarrassée de la litanie cadencée des prénoms et des noms.

 

Blason de Boussac
D'azur aux trois gerbes d'or liées de gueules
(blason famille De Brosse)

La statue de la Licorne inaugurée le samedi 27 mars 2010 devant la Mairie de Boussac

 

 

Elle est l'œuvre du sculpteur creusois Marcel Chalumeau, ancien professeur de taille de pierre et de sculpture au Lycée des Métiers du Bâtiment de Felletin.

" J'ai mis un mois pour tailler cette statue de granit, et c'est pour moi un bel hommage à Boussac, mais aussi aux maçons et aux tailleurs de la Creuse.

Les jeunes du Lycée de Felletin m'ont aidé, c'est très important de mettre en avant la nouvelle génération ".

 

 

http://www.boussac.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Boussac_(Creuse)

 

Mme et M. BLONDEAU sont les actuels propriétaires du château de Boussac
qu'ils ont depuis des années restauré avec soin.

http://www.echoduberry.fr/actualite/Bernadette-Blondeau-:-un-ch%C3%A2teau,-une-vie-292.html

http://ladywaterlooblogdunegrandmereindigne.blogspot.fr/2012/07/un-chateau-de-passion-boussac.html

http://www.chezvictor.fr/pays_batisseurs/chateau_de_boussac.php

http://www.communes.com/limousin/creuse/boussac_23600/cartes-postales-anciennes,2.html

http://www.gendep23.org/BOUSSAC-c/BOUSSAC/boussac_031.htm

nombreuses photographies du château sur la base Mémoire du Ministère de la Culture
http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=23031

 

Musée de Cluny

Avant 1870, un membre de la famille Rothschild résidant à Vienne en Autriche avait eu l'intention d'acheter les tapisseries pour 70 000 francs. La ville de Boussac allait peut-être accepter, mais le ministre des Beaux-Arts, dont l'autorisation était nécessaire, refusa.
En 1882, Edmond du Sommerard acheta pour le musée de Cluny les tapisseries pour 25 500 francs. Elles firent leur entrée à Cluny le 17 Juillet 1882 dans une salle solennellement inaugurée par Jules Ferry, alors ministre des Beaux-Arts.
Les tentures étaient sauvées : leur restauration pouvait être entreprise, une première fois par la manufacture des Gobelins, puis entre 1941 et 1944, par Mme et M. Brégère.

---------------------------------

Coïncidence

En croisant Jean de Brosse, duc de Bretagne, comte de Penthièvre, seigneur de Sainte-Sévère et de Boussac, fils du maréchal de Boussac, le compagnon fidèle de Jeanne d'Arc, puis plus tard son fils René, Antoine Le Viste ne savait pas, ne pouvait aucunement prévoir que leurs destins allaient se croiser par l'intermédiaire d'un des châteaux de l'un, des tapisseries de l'autre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Brosse

et autres nombreux sites

L'Histoire a ses ruelles où se rencontrent ceux que le destin a décidé d'unir. Les histoires individuelles, les passions, les amours en définissent les circonstances et les raisons officielles.

Françoise de Bretagne, petite-fille de Charles de Blois avait un frère, Charles, baron d'Avaugour, dont la fille unique avait épousé le seigneur de Boussac. En 1501, Jean de Brosse avait reçu défense de porter les armes et le nom de Bretagne. Chasses royales réservées. Son fils René allait reprendre ses prétentions jamais abdiquées.
Le contrat de mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII stipulait que si la reine n'avait pas d'enfants, le duché de Bretagne retournerait à ses plus proches parents, les Brosse-Boussac. Anne n'avait qu'une seule fille, Claude, qui pouvait mourir.

Philippe de Commynes rêva du manteau d'hermine des duchesses de Bretagne sur sa fille Jeanne : en août 1504, elle épousa René de Brosse, inconstant, léger, prodigue. Commynes lui prêta de l'argent ; ces créances devinrent dot de sa fille. Le gendre, toujours alourdi de dettes, déçu dans ses demandes réitérées de recouvrer ses terres bretonnes, suivit le connétable de Bourbon dans son alliance avec Charles Quint.

Deux moys devant la fuite de mondict seigneur de Bourbon, monsieur de Panthievre s'en alla semblablement vers l'empereur, pour prendre son party contre le roy de France. Il estoit grand seigneur en Bretaigne, lequel, parce que le roy l'avoit destitué de sa seigneurie de Painthievre et l'avoit donnée à monsieur de Bonnyvet, admiral de France, qui estoit son grand mignon, après qu'il eut parlé au roy, luy remonstrant comme il l'avoit destitué de sadicte seigneurie pour la donner audict amiral, qu'il luy pleut la luy rebailler, ce que ne voulut faire le roy, mais luy respondit paroles frivoles. Alors ledict seigneur de Painthievre dit au roy qu'il luy convenoit prendre party autre part qu'en son royaume. Le roy luy dit : " Faictes ce que vouldrez. " Adonc il s'en alla incontinent vers l'empereur qui le reçeut, car il avoit faict son appointement avec luy devant.

Il fut tué à Pavie. Ses biens furent confisqués, puis restitués à son fils Jean IV par le traité de Cambrai du 5 août 1529.

Item, que Jehan, comte de Pointhievre, seigneur de l'Aigle et de Boussac, filz de feu Regné, comte de Pointhievre, sera remis et reintegré en tous et chacuns les biens, dont led. feu Regné, son pere, joyssoit lorsqu'il partit de France pour aller au service dudit seigneur empereur, ouquel il est trespassé. Et seront restituez audit Jehan les meubles delaissez a sondit partement de France, lettres, tiltres et enseignemens quelconques ; mectant a neant toutes sentences, arrestz, decleracions, donnacions, adjudications, incorporacions et tous autres actes, que contre les personnes et biens dudit feu Regné, ses hoirs et serviteurs, qui l'avoient servy et suyvy peuvent avoir esté faiz et rendus. Et sera led. Jehan, son filz, et est par ce present traicté, remis et reintegré en toutes et chacunes les querelles et actions que avoit droit de quereller et demander led. feu Regné, son pere, en quelque façon et maniere que ce fust et peust etre ; et les pourra icelluy Jehan pursuyr et demander, tout ainsi que eust fait et peu faire led. feu Regné, auparavant sondit partement de France. Et sera par led. seigneur roy treschretien ordonné à la Court de parlement a Paris fere raison et justice audit Jehan quant il en vouldra faire poursuite ; et de tout ce que dessus luy fera depescher lettres patentes en bonne et seure forme…

Son fils Jean devint un " familier " de François 1er dont il épousa la maîtresse, Anne de Pisseleu : le 23 juin 1534, les époux reçurent en don du roi le comté d'Etampes. Cette terre, augmentée des châtellenies de Dourdan et de La Ferté-Alais, fut érigée en duché par lettres de janvier 1537. Nommé en février 1538 gouverneur de Bourbonnais et d'Auvergne, Jean de Brosse fut pourvu du gouvernement de Bretagne en février 1543, charge qu'il conserva jusqu'en 1564.

 

Votre serviteur, Jacky LORETTE, à Fresselines,
au confluent de la Grande Creuse qui passe à Aubusson et Felletin
et de la petite Creuse qui passe à Boussac.

 

anne de beaujeu, anne de bourbon, anne de France, antoine le viste, Apocalypse Angers athena, boussac, brandon, charles brandon, charles quint, charles v, chasse a la licorne, cinq sens, claude de France, cloisters, connetable de bourbon, dame, duc de suffolk, françois 1er, george sand, gout, henri VIII, henry VIII, jean le viste, jean Perréal, jehan de paris, le viste, licorne, lion, louis XII, louise de savoie, marie tudor, mary tudor, minerve, miroir de naples, chambord, musée de cluny, nombre d'or, odorat, ouie, pavie, Perréal, perréal, Pierre de beaujeu, La rochefoucauld, hardouin IX de Maille, Louis 1er d'Anjou, Grégoire XI, Urbain VI, Francesco Petrarca, François Pétrarque, Catherine de Sienne, Brigitte de Suède, Avignon, palais des papes, comtat venaissin, prosper merimee, suffolk, tapisserie, tenture, vue, connetable von bourbon, das sehvermögen, das zelt, der dame à la licorne, der gehörsinn, der geruchssinn, der geschmackssinn, der tastsinn, einhorn, einhorndame, franz den ersten, herzog von suffolk, karl v, löwe, mein einziges verlangen, museum von cluny, spiegel von neapel, tapisserien, anne of bourbon, anne of france, claude of france, connetable of bourbon, duke of Suffolk, francis the 1st, golden section, hearing, jehan of paris, louise of savoy, mirror of naples, musee of cluny, pavia, sight, smell, tapestry, taste, tent, the hase of the unicorn, the lady and the unicorn, touch, unicorn, dama al unicornio, museo de cluny, tapicerías, museo de la edad media y de thermes de cluny, la caza al unicornio, el gusto, el oído, la vista, espejo de napoles, duque de suffolk, el olfalto, el tacto, la carpa, mi deseo unico, carlos v, condestable de borbon, atenas, la signora all'unicorna, tappezzeria, Jehan di Parigi, Claudia di Francia, François 1o, Museo del Medioevo, la caccia all'unicorno, la storia di Persée, il gusto, l'udito, regina bianca, Louise della Savoia, la vista, lo Specchio di Napoli, duca di Suffolk, l'odorato, il contatto, Pavia, Carlo V, Connétable di Bourbon