LA DAME DE COMPAGNIE

 

Claude de France

 

Cette Dame de Compagnie apparaît sur quatre des tapisseries
et est absente des deux autres, La Vue et Pavie.

- - - - - - - - -

La Dame de Compagnie de Mary d'Angleterre est Claude de France. Claude était une des filles de Louis XII et d'Anne de Bretagne. Mary d'Angleterre devint donc sa belle-mère.

Née le 13 octobre 1499 à Romorantin, elle est morte le 20 juillet 1524 à Blois, elle fut duchesse de Bretagne en 1514, reine de France en 1515, comtesse de Soissons, de Blois, de Coucy, d'Étampes, de Montfort, et duchesse de Milan.

Elle a à voir de près avec tous les personnages représentés sur les tapisseries, même avec Charles-Quint avec qui elle fut fiancée très jeune (tout comme Mary un peu plus tard).

Peu après la mort de sa mère, elle épousa François d'Angoulême, le futur François 1er. Elle succéda directement à Mary d'Angleterre.

- - - - - - - - -

Claude de France était de deux ans l'aînée de Mary. Mary était jolie, sensuelle, resplendissante de santé.

En revanche, Claude était une personne effacée, timide, pieuse à l'excès. Elle avait un physique austère, une santé déjà précaire, et si sa mère, Anne de Bretagne boitait d'une jambe, elle boitait des deux et marchait fortement déhanchée.

"En effet, Claude est souvent malade. Elle souffre particulièrement de conjonctivite chronique qui demande des bains de paupières chaque matin, afin qu'elle puisse les ouvrir. Anne s'inquiète souvent de sa santé. En outre, on ne peut pas ignorer les évidents défauts morphologiques de Claude. A quatre ans, on s'apercevra qu'elle est particulièrement atteinte de strabisme convergent de l'œil gauche et d'une boiterie héritée de sa mère. Ironie du sort, son prénom vient du sobriquet romain Claudus, qui signifie "le boiteux". (Henri PIGAILLEM , Claude de France, Pygmalion, 2006).

 

Sur les tapisseries, il existe une certaine ressemblance de certains visages de la Dame de Compagnie avec un portrait de Claude qui se trouve au musée de Chantilly ou des miniatures d'époque.

Il existe également une ressemblance morphologique du corps. Sur les tapisseries, elle est parfois d'apparence chétive, voire maladive, sa silhouette est souvent disgracieuse et le corps donne l'impression parfois d'être déhanché.

 

Le naturaliste Pierre Belon du Mans (1517 - 1564), avait rapporté de ses voyages en Orient, Egypte et Palestine un prunier assez rare qui s'acclimata à Blois dans le jardin royal ; l'arbre fut dédié en 1549 à Claude de France, décédée en 1524 ; le fruit portera son nom : la reine-claude.

 

 

Sa belle-mère, l'autoritaire Louise de Savoie, l'avait contrainte à jouer le rôle désagréable de Dame de Compagnie auprès de Mary. Elle, fille de roi, dut servir de "servante" auprès de la femme qui avait pris la place de sa mère, une étrangère qui plus est ! Se méfiant de Suffolk en particulier, de son fils et des autres en général, elle l'obligea à partager la chambre de Mary et à épier ses moindres faits et gestes pour les lui rapporter.


Livre d'Heures de Claude de France - vers 1517
The Morgan Library & Museum - New York

http://cour-de-france.fr/article1101.html

http://www.themorgan.org/collections/swf/exhibOnline.asp?id=1000

 

Qui sourit ? Qui pleure ? Et pourquoi ?

M

A

R

Y

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Goût
L'Ouïe
La Vue
L'Odorat
Le Toucher

 

C

L

A

U

D

E

 

 

Contentement

 

et

 

tristesse